dimanche, 22 janvier 2017|

1 visiteurs en ce moment

 

Critique du concert de Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine au Glazart à Paris en août 2013 (Concert&Co)

Jello Biafra, fer de lance du mouvement punk et ex-leader des Dead Kennedys, a débarqué à Paris au Glaz’art en plein mois d’Août accompagné de sa dernière formation en date "the Guantanamo School of Medicine". Activiste, engagé, agitateur controversé, c’est un monument, une légende du punk qui est passé en ce mardi 13 Août 2013.

JPEG -

Autour de ce musicien hyper actif, on retrouve dans ce projet des ex du groupe Freak Accident et il fut un temps, Billy Gould (Faith No More) tenait la basse. Ce qui n’est plus le cas actuellement. C’est peu dire si cette date était attendue par une très grande majorité du public qui est venu en nombre pour soutenir son idole, son roi.
Aux abords de la salle, c’est donc la foule des grands soirs que je retrouve devant le Glaz’art. Je vois des punks à crêtes, ben vi, ça porte aussi la crête le punk, il n’y a pas que des crânes rasés comme moi, en même temps, perso j’ai plus trop le choix et puis, j’ai plus l’esprit rock que punk.

JPEG -

Allez, plus sérieusement, on ne retrouve pas trop de jeunots ce soir, des anciens plutôt, des tatoués, des gros bras, des punkettes, rockeuses, des rebelles, des pères et mères de famille et moi, le curieux, pas trop fan du genre mais pousser par une certaine curiosité qui m’a porté jusque-là. Les échos de son excellente prestation à Rock en Seine en 2010 ont fait le reste et puis, c’est une figure emblématique du punk fucking shit.

JPEG -

21 heures, je rentre dans la salle et une première partie bien franchouillarde finit sa prestation. The Decline, groupe breton est sur les planches depuis 30 minutes. Le groupe donne dans le street-punk avec son côté "Soldat Louis". Je préfère aller au bar, à la terrasse, en fond de salle avec mon copain Benjamin, le programmateur de la salle avant de prendre en pleine poire la tornade Jello Biafra. La température monte doucement mais surement.

JPEG -

30 minutes de changement de plateau, il y a du retard ce soir, du coup c’est seulement à 22 heures que l’icône déboule en dernier sur scène juste après ses acolytes. La salle est blindée à mort et le public est particulièrement surexcité. Cela va vite devenir le sauna. J’ai la chance d’être situé sur un côté de la scène, le seul endroit privilégié de l’espace, afin de faire quelques photos correctes sans prendre de coup. Jello Biafra and the Guantanamo School of Medecine attaque son set pied au plancher.

JPEG -

Ceux qui sont bien devant ou collés à la scène vont immédiatement plonger dans un enfer jouissif mais très physique. Cela bouge à mort et les slams sont fréquents. Bref, nous sommes en plein joyeux bordel. Jello parle toujours entre chaque morceau en replaçant chacun dans un contexte social et politique des Etats-Unis, de l’Europe voire de la France. Tout ceci dans un anglais très audible permettant de plutôt bien comprendre ce qu’il nous dit. Le set fait la part belle au dernier album "White People and the Damage Done".

JPEG -

Du haut de ces déjà 55 ans, Jello n’hésite pas à se jeter dans son public plusieurs fois et se fait porter tel un jeunot qui vit son premier concert. Il est à fond et son groupe n’est pas en reste. Je regarde mes mains, elles sont comme quand je sors de la piscine. L’ambiance est chaude et humide, c’est le moins que l’on puisse dire !
La haute finance, les politiques, l’austérité en prennent pour leur grade, on mangera 5 titres des Dead Kennedys, 5 hymnes qui feront péter les câbles aux fans. Les versions offertes seront rapides et sévèrement musclées.

JPEG -
JPEG -

Jello est sans aucun doute un antiraciste, un antiviolence et un sacré personnage. Après 55 minutes de jeu, ils partent une première fois mais reviendront très vite sur l’efficace "Kill the Poor" et ils finiront par nous achever sur un deuxième rappel. Jello finira torse poil après 80 minutes d’une terrible efficacité. Le roi est mort, vive le roi Jello !

JPEG -

Remerciements à Benjamin et au Glazart pour son accueil !

Article original : Concert&co du 23/08/13 par lebonair


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Jello’s Land
Thèmes