mercredi, 29 mars 2017|

1 visiteurs en ce moment

 

La carrière musicale de Jello Biafra

La carrière musicale d’Eric Boucher débute en janvier 1977, comme roadie pour le groupe punk The Ravers (qui changeront plus tard leur nom pour The Nails). À l’automne, il entreprend des études d’histoire à l’Université de Californie à Santa Cruz, mais abandonne après le premier semestre. En juin 1978, il répond à une annonce passée dans un journal local par le guitariste East Bay Ray et la paire formera Dead Kennedys. Le chanteur se produit au départ sous le pseudonyme de Occupant, mais change rapidement pour Jello Biafra.

En juin 1979, ce sera la création du label Alternative Tentacles. Les Dead Kennedys lanceront leur premier single, California Uber Alles. Tous les albums des Dead Kennedys sont d’ailleurs sortis sur le label Alternative Tentacles, excepté le premier album du groupe, Fresh Fruits For Rotting Vegetables, distribué via IRS Records aux États-Unis et Cherry Red en Angleterre, avant que Alternative Tentacles n’en reprenne le contrôle ; les disques live réalisés après la séparation du groupe et sans l’autorisation de Biafra sont parus sous d’autres labels.

Aujourd’hui, Jello Biafra est le seul dirigeant d’Alternative Tentacles.

Les premières années des Dead Kennedys se déroulent surtout en Californie. Ils visiteront notamment le célèbre Whisky A Go-Go. Dans les années 1980, ils sont en tournée de manière plus intensive. Ils se produiront dans la majorité des boîtes punk ou underground importantes aux États-Unis, dont le CBGB à New York. En 1980, ils feront une présence remarquée aux Bay Area Music Awards, alors qu’ils interpréteront pour la seule et unique fois Pull My Strings, une attaque en règle contre le star-system (« Is my cock big enough / Is my brain small enough / For you to make me a star ? ») et une dénonciation du scandale de la payola, une prime donnée aux stations de radio par les compagnies de disques lorsque leurs artistes étaient entendus en ondes. Pull My Strings reprend le refrain du classique My Sharona du groupe The Knack, où le mot « sharona » est justement remplacé par « payola ».

En 1983, Dead Kennedys sera la tête d’affiche du festival Rock Against Reagan, qui s’opposait évidemment au président républicain de l’époque, Ronald Reagan.

En 1986, Jello Biafra doit subir un procès à Los Angeles pour avoir distribué du « matériel choquant ». Le litige tire son origine de l’album Frankenchrist. Pourtant, ce qui est en cause n’est pas le titre, ni le contenu du disque, mais plutôt une affiche incluse avec l’album : Landscape (aussi appelé : Penis Landscape) de l’artiste surréaliste suisse Hans Ruedi Giger.

Bien qu’officiellement le procès ait été déclenché par les plaintes d’une famille offusquée qui prétendait que la vue de l’image avait causée du tort à leur enfant, Jello Biafra ainsi que certains observateurs estiment que le procès avait des motivations politiques, en guise d’avertissement aux artistes qui seraient tentés d’enregistrer du matériel controversé. Biafra risquait une amende de 2 000 dollars et une année d’emprisonnement. Il fonda le No More Censorship Defense Fund pour payer les frais légaux, une dépense que ni lui ni son label ne pouvaient absorber. À 7 contre 5, le jury acquitte Eric Boucher. Les procureurs tenteront de relancer le procès, ce que le juge refusera.

Dead Kennedys se sépare en 1986, durant ce procès.

Les premiers albums de spoken word enregistrés par Jello Biafra feront largement état de cette affaire. Il se positionnera fermement contre la censure.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
A propos de Jello’s Land
Thèmes